Tout ça pour dire que j'aime bien le cinéma.

Publié le par Max B

Maintenant je travaille dans le show-business. Enfin pour le show business. En fait je bosse dans un cinéma mais dit comme ça c'est moins cool. Je vend du pop corn et des tickets pour aller voir Avatar (et des fois d'autres trucs), je te dis oukellêtasalle, et je te montre la bonne sortie à la fin du film quand tu veux sortir par la mauvaise parce-que "pipi?". Pour un pauvre dudda d'étudiant comme moi c'est un peu le rêve. Surtout que j'ai toujours aimé ça le cinéma. Je sais pas trop pourquoi d'ailleurs, je demanderais à la psy. Ptet parce-que j'avais pas la télé et pas de console quand j'étais môme. Donc il ne restait que les films de la médiathèque municipale entre les bds et les bouquins moins illustrés. Et en VHS siouplaît! Et puis des fois un pote choppait un film top génial et vu que c'était un gros bourge (ou que son père était geeky), il nous le copiait parce qu'il avait DEUX magnétoscopes!Alors dans la cour du collège on parlait plus de ciné que de foot ou des trucs qui passaient à la télé. Bon on était des no-life (toujours un peu d'ailleurs, mais on s'est soigné), alors on causait aussi jeux-vidéos et pc. Mais oui, notre plus grand trip c'était quand on se faisait des débats sur "à quoi va ressembler Alien 4", "quand va sortir Terminator 3", "combien de fois tu t'es b..." nan ça c'est privé. Donc on s'est matté un paquet de bouses, mais aussi des trucs ignoblement géniaux. C'est au collège que j'ai vraiment découvert Michael Mann, Coppola, Fincher, et tous ceux qui deviendraient mes réalisateurs favoris.

Tout ça pour dire que je suis content de bosser dans un cinéma.

 

Bon, c'est pas toujours super glamour, surtout quand tu nettoies les salles à la fin de...la fin de....d'Avatar par exemple. Ou alors n'importe quel film pour adolescent de sexe mâle (ou presque). La sauce de Kebab sur les doigts ça fait jurer. Et puis y'a la caisse. Mais je me plains pas, parce qu'avant je travaillais dans une grande entreprise de distribution de biens manufacturés ou pas. J'étais hôte de caisse en grande surface. J'étais caissier en hyper quoi! Enfin, je me plains pas, à la fin de ta journée, tous les clients ils finissent par t'évoquer la même chose, que ça soit pour acheter du PQ ou des tickets pour Avatar (j'aime pas Avatar). Donc oui, à la fin de tes 6 heures de caisse, tu vois ça:

 

En caisse pourrie de grande surface:

moi-carouf.jpg

bonjourah.jpg

rienah.jpg

cf1.jpg

nonah.jpg

 

Et donc, même phénomène après 6 heures de vente frénétique du dernier joyau de M. Cameron (j'aime vraiment pas Avatar):

 

moi-gmt.jpg

bonjourah

rienah

cf2.jpg

nonah

 

 

J'accepte de bon coeur le point Godwin, mais je crois que c'est la première fois que je le mets sur le blog celui-ci. Et pis j'men fout, j'fais c'que j'veux! Mais heureusement tous les clients sont pas comme ça. Bon y'en a des pires, mais y'a aussi des bonnes surprises qui te font penser que c'était une bonne idée de te lever et de te raser ce matin:

 

mariacine.jpg

 

(Ca c'est la chanteuse de Sahara Hotnights qui a appris à parler français et puis elle a des supers goûts cinématographiques: ceci n'est absolument pas un fantasme. Ceux qui ont trouvé la faute d'orthographe ne gagnent rien).

 

Donc pas exactement ça, mais ça fait le même effet. Parce qu'après Mamie qui va voir un film de mamies, Pticon qui va voir un film de pticons, et Grôbeauf qui va voir un film de grôbeaufs, le tout multiplié à l'infinie puissance 456878, et ben Jolie-fille-mignonne-sûrement-intelligente qui veut aller voir un film de jolies-filles-mignonnes-sûrement-intelligentes ça fait un peu comme de boire un nuage. En fait non. Un bon Whisky. genre un Knockando 18 ans d'âge. Sur le patio d'une belle villa coloniale en Louisiane avec vue sur le bayou au dessus duquel se couche un soleil rougeoyant. Et puis du Lynyrd Skynyrd ou Harvest de Neil en fond sonore. Et James Cameron peint en bleu en train de se faire bouffer par un alligator. J'aime vraiment, vraiment pas Avatar.Tout ça pour dire que bosser dans un ciné peut être vraiment bien.

 

Et pas seulement à cause que des fois tu peux parler cinéma avec des jolies-filles-mignonnes-sûrement-intelligentes alors qu'il n'y a personne à ta caisse. Parce qu'en fait ça, ça se fait rare. Enfin non, c'est juste rare. Pas les jolies-filles-mignonnes-sûrement-intelligentes hein! Mais les moments ou tu peux tailler une bavette en mode "cahier du cinéma", sans te faire emmerder, avec ce genre d'individus surnaturels (alors que tu bosses). Alors on a d'autres petits plaisirs. Par exemple quand tu vas t'occuper d'une sortie de fin de scéance. T'arrives dans la salle et là, bonheur suprême! tout le monde est sorti comme un grand (par la bonne porte) et ta chanson préférée de ton générique préféré commence juste. Et là, pendant 3/4 minutes tu peux siffloter, voire chanter, un truc génial dans un moment qui n'appartient qu'à toi. Et j'ai trois exemples qui me viennent en tête: le générique de Inglorious Basterds, A White Demon Love Song des Killers à la fin de Twilight 2 (bon ça va!), et la chanson irlandaise que je sais pas comment elle s'appelle dans le générique de Sherlock Holmes. Ha oui, c'est pas forcément des bons films, mais c'est pas grave, parce que c'est TON moment privilégié de zen au milieu du chaos urbanisto-culturel qu'est un gros cinéma.

 

Donc voilà, plus tard, j'aurais une super baraque en Louisiane, une super cave à Whisky (avec un tonneau de Jack dedans), une salle de cinéma avec des films supers (ou pourris mais avec des génériques supers). Et puis une super Harley, une super voiture (même si pour l'instant j'ai qu'un vélo, j'ai le temps, j'suis large!) une super collec' de bouquins et de vinyls (mais ça c'est en bonne voie), et un super alligator avec James Cameron en bleu dedans. Et un super Pit Bull pour Roselyne Bosch si elle vient se venger pour toutes les méchancetés que j'ai écrites sur son flimlgklmkgmlf.  Et puis si j'ai vraiment du bol, une jolie-fille-mignonne-sûrement-intelligente mais un peu tarée quand même, pour supporter dans l'ordre, du moins au plus taré, une collec' de bouquins givrés, une musique de malade, une barrique d'alcool improbable, une moto déconcertante, une voiture de dingo, un pit bull maboul, un alligator dérangé, un copain complètement détraqué, et James Cameron peint en bleu. Avec en plus en guise d'épée de Damoclès, la vengeance probable d'une réalisatrice qui ne l'est pas.

 

Tout ça pour dire que j'aime bien le cinéma. Et Yukio Mishima, mais ça n'a rien à voir, même si les possibilités niveau rimes sont énormes.

 

p.s. Pour ceux qui se demandent et qu'ont pas envie de compter: il y a 10 fois le mot "super" dans cet article. C'est super.

p.s. n°2: Donc 11 fois, du coup.

p.s. n°3: Le premier qui critique la chanteuse de Sahara Hotnights, il finira avec James Cameron. En bleu aussi.

 

Publié dans Humeur

Commenter cet article

Ümkharss 12/05/2010 14:32



C'est donc toi le mec avec qui je discute pendant 30 minutes de Valhalla Rising tout en vomissant sur le reste ?


Au demeurant ce modèle de fille existe, j'ai réussi à en trouver une du genre. Avec bien de la peine, cependant.



Max B 12/05/2010 21:42



Oui, c'est bien moi. La peine fait émerger le bon. Quelqu'un de connu aurait dû dire ça.