Suède: Retour vers le futur

Publié le par Max B

24442001v1_480x480_Front.jpg

 

La Suède de 2010, c'est un peu la France de 2002, celle du deuxième tour de l'élection présidentielle. Vous savez quand Adolf Hitler sorti de son trou à pétrole mais avec un oeil en moins, quand même, lançait une blitzkrieg ultra-fasciste sur le paysage de notre gentille routine électorale. On a traité l'électeur FN comme un neuneu fini au QI d'oeuf de poule, ce qu'il pouvait être au demeurant, et comme un fou furieux transi d'admiration pour la Waffen SS et la gégène. Donc voilà, le type était un fasciste, un nazi, un plouc, un beauf, un crétinoïde atteint de démence sénile, un ringard total quoi. Et ainsi, on a défilé en coeur, fait des lâchés de ballons, des rassemblements festifs et citoyens, tout ça, et on a fait barrage à la bête immonde. Et puis on en a plus parlé. Donc, comme l'a très bien dit Finkielkrault, "on a laissé au FN le monopole du réel". Réel qui a peu à peu commencé à pêter à la gueule de notre gentille société, de ses gentils citoyens, et de ses gentils organisateurs. Et donc ça, ça arrive aujourd'hui en Suède. Alors je m'en fiche des Démocrates de Suède, nos fachos de la semaine. On sait bien qu'il y a à peine 20 ans, certains d'entre eux étaient VRAIMENT nazis. Jusque dans l'uniforme, la petite mèche, et un sens certain de l'inculture historique. Donc oui, je me fiche de ces gens, ce qui m'intéresse ici, c'est la réaction de...ben de toute la société suédoise, des médias aux politiques en passant par les intellectuels et la jeunesse éclairée. Voilà des propos receuillis par l'AFP dans la manif des indignés au lendemain de l'élection:

 

"Autour du slogan "écrasez les racistes!" quelque 6.000 manifestants selon la police se sont réunis dans le calme sur la place de Sergelstorg agitant banderoles et pancartes.

"Nous sommes pour la différence", "Oui pour vivre ensemble, non au racisme", proclamaient certaines d'entre elles dans une allusion aux thèses anti-immigration du parti des Démocrates de Suède (SD - extrême-droite).

[...]

Thomas Zebuehr, 21 ans, qui a voté pour le parti des Pirates qui réclame la légalisation de l'échange gratuit de fichiers sur Internet, manifeste sa colère contre l'entrée au Parlement des Démocrates de Suède: "je ne suis pas sûr de ce qui sera fait, mais quelque chose doit être fait"."

 

Comme disait Philippe Muray, "il suffit de citer textuellement pour caricaturer". Un autre exemple est Jenny Anderson dans 20 Minutes:

 

"Q: La percée des Démocrates de Suède (extrême-droite) est-elle inquiétante?
R: Oui, ce ne sont pas des gentils et leur entrée au Parlement suédois va changer tout le paysage politique suédois."

 

 

 

 

Il n'y a en effet plus besoin de caricatures, ces gens en sont une. Ils ont rejoint la fiction humoristique et exagératrice, en la dépassant. 

 

Et on apprend hier que "Les listes électorales de 5700 personnes ayant voté pour l'extrême-droite ont été piratées et diffusées sur le net".

 

C'est quand même beau la démocratie à la suédoise. 

Publié dans International

Commenter cet article