A win/win situation?

Publié le par Max B

 

 

 

http://www.hypmania.com/wp-content/uploads/2010/06/bisounours.jpg

 

Ce qui est chouette avec certaines idéologies, c'est que même la tronche dans la boue dans un état cadvérique avancé, elles ne perdent JAMAIS. Regardez le communisme. Quand on sort à un communiste (il en reste) que l'URSS c'était pas le paradis sur terre, pas plus que Cuba, la Chine de Mao ou d'aujourd'hui, le Cambodge, ou le Vietnam, et ben invariablement t'as le droit au "mêêêêêêêêêêê!!! ça cétait pas le vré communismeuh!". Et de toute façon il y a de grande chance pour que votre interlocuteur soit trotskiste (il pense l'être en tout cas). Bref, l'idée est BONNE, c'est juste la mise en place qui coince "un peu".Si on en arrive à l'archipel du goulag, c'est que le capitaine s'est trompé de cap.

 

Alors maintenant, on va faire un petit saut temporel de douze ans dans le passé, en juillet 1998. La victoire de l'équipe de France de football, championne du monde du ballon rond. Bien que certains ne soient pas dupes, la doxa générationnelle à la sauce PSOS-racisme en est sûre, la France "black-blanc-beur" est là, et maintenant tout ira bien dans un pays "multiculturel, divers, et métissé". Puis ce discours a pris un tour plus pervers. C'est parce que l'on était une équipe composée de noirs, de blancs, et de maghrébins que l'on a gagné. Il est bien connu que le Brésil n'est pas un pays métissé du tout. Et donc, on se rend compte que jamais on a autant parlé de races, éthnies, dans un pays qui ne veut même plus les reconnaitre. Les races n'existent pas, mais le racisme existe. Les races n'existent pas, mais c'est en les mélangeant qu'on devient les plus forts du monde entier!

 

Et en juin/juillet 2010, rebelotte! Sauf que là on ne s'appuie plus sur l'équipe de France pour faire chanter le mutliculturalisme, mais sur l'Allemagne. Bizarement, l'équipe de France de plus en plus métissée, et qui se prend gauffre sur gauffre, n'intéresse plus Dominique Sopo et compagnie. Non, maintenant c'est heil Deutshland! Et métissage macht frei! Le triomphe du football métissé donc. Mais l'équipe qui gagne la Coupe du monde ne fait jouer que des Espagnols pur chorizo. Pas un noir, pas un arabe, pas de diversité, pas de métissage. Même chose pour l'Italie en 2006. Quelle conclusion en tirer si on suit les élucubrations des nouveaux eugénistes? Parce que c'est là que le bât blesse. En racialisant le discours, on racialise le résultat. Et c'est encore pire si on écoute bien ce qui est dit dans la vidéo ci-dessous:

 

 

 

 

 

Le monsieur a 50 seconde, il vous explique que MAINTENANT, les immigrés peuvent s'identifier à la Mannschaft, parce qu'ils voient des visages qui leur ressemblent. Faut-il donc en déduire qu'un Turc ne peut s'identifier à un blanc mais qu'un blanc doit s'identifier à un Turc? Parce que c'est un petit peu ça le message. Dans ce joli gloubi-boulga ou tout le monde s'auto-contredit en continuant d'avoir raison, la réflexion se fait la malle et se dit que "merde, de toute façon, tout le monde il a raison". Bienvenu dans le meilleur des mondes.

 

Et si on revient en 2008, on se souvient que les commentateurs en France avaient acclamé l'élection de Barack Obama, et que c'était bien parce qu'il était noir. Et qu'il faudrait la même chose en France. Et que ça va arriver. Donc le modèle américain c'est le mal, sauf quand il se choisit un chef noir (d'une mère blanche). Il ne se sont pas dit qu'avant d'être un métisse cool sauce Benetton/Inrockuptibles, Monsieur Obama était avant tout un Américain. Ils ne se sont pas dit que la france et les USA ont une histoire et une culture radicalement différentes. Non, non, c'est ça le mélange de la diversité et du métissage. Tout doit être différent tout en étant pareil. Merci de garder vos neurones en place, et hop décolage! J'ai pas fumé que du légal, mais ces types là sont tellement loin qu'ils doivent avoir de l'acide à la place du sang.

 

Donc voilà, je pense qu'il faut se méfier des gens qui ont toujours raison et des idéologies qui ne perdent jamais. Ils sont toujours assez bon pour l'égalité, mais il arrive que la liberté ait mal aux fesses.

 

 

 


Publié dans Société

Commenter cet article

dxdiag.over-blog.com 18/09/2010 10:48



"Tout doit être différent tout en étant pareil. "  c'est bien cela!


ce qui me frappe aussi c 'est non seulement les erreurs de jugement mais surtout l 'incroyable incoherence  du discours dont on nous gave. Et que si peu de
gens semblent remarquer les contradictions evidentes m 'inquiète beaucoup.



Max B 18/09/2010 16:39



Pas mieux mon cher, pas mieux.



Ümkharss 09/09/2010 17:24



Putain hé, le "métissage macht frei" j'te le pique.